AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jocelyn Archer
☁ Protective Like Sylphes ☁



⚜ Date d'inscription : 04/12/2016
⚜ Messages : 39
⚜ Race/Espèce : Sylphe






MessageSujet: Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]  Mar 6 Déc - 22:10

Une soif à étancher
Jocelyn avait bien soif. Il n’était pourtant que 19h, mais déjà il sentait sa gorge complètement desséchée, comme s’il ressortait du désert sans avoir bu la moindre goutte d’eau. Non pas qu’il était mal traité dans la boutique de magie de sa grand-mère – oui décidément  il allait avoir du mal avec ce mot « magie », lui qui avait toujours  cru que sa grand-mère tenait une simple boutique d’apothicaire, son père l’avait toujours décrit comme une vieille hippie complètement décharnée accro aux plantes médicinales – mais voilà, il ne pouvait y boire que de l’eau, il se devait en effet ‘être sérieux sinon comment faire la différence entre des pattes de coq noire et des serres d’aigle ? déjà qu’il ne comprenait pas trop l’utilité que les « mages » pouvaient en faire, à part peut-être pour faire une bon bouillon de poule magique … Non il devait être sobre, surtout qu’aujourd’hui était le grand jour, sa grand-mère commençait à se sentir mieux et le médecin avait accepté de la laisser sortir pour regagner son foyer. Jocelyn avait donc fermé la boutique à 18h pile – bon d’accord, 18h10, il avait eu beaucoup de mal à se débarrasser de cette chaman qui était persuadé que ses chakras étaient tout emmêlés et qui voulaient lui faire un petit rituel rapide pour tout réharmoniser tout ça. Juste après, il avait pris la vieille voiture de sa grand-mère, datant des années 60 à en voir l’allure générale, pour aller chercher Cléodora à la clinique et la ramener chez elle. Oui, il avait encore du mal à l’appeler grand-mère, après tout ça ne faisait que deux semaines qu’il avait retrouvé sa grand-mère. Il l’appelait donc Cleodora, c’était son prénom après tout. Elle n’appréciait pas trop mais toute gentille comprenait qu’il lui faudrait un temps d’adaptation. C’est donc le dos courbu par tant d’effort fait dans la journée et après avoir sagement et sobrement raccompagné sa grand-mère au domicile qu’il se dit qu’il serait peut-être temps de faire un peu plus connaissance avec la ville, et de s’adonner à une de ses vieilles passions : la découverte de nouveaux cocktails. Il avait eu l’occasion, à travers certains reportages photos, de voyager, et il avait découvert que chaque région avait son petit cocktail local. Il avait hâte de savoir si la légende se poursuivait jusqu’à Borealis. Peut-être qu’ici-bas le cocktail phare était fait avec un des ingrédients qu’il vendait en boutique ? Il n’espérait vraiment pas, car certes c’était exotique mais ce n’était en rien appétissant…

Après s’être assuré que sa grand-mère était bien couverte par au moins trois couvertures et un plaid – bah quoi ? les vieux ça prend vite froid, faudrait pas qu’elle lui claque entre les doigts, il avait encore tant de choses à découvrir – Jocelyn réajusta son nœud papillon dans le vieux miroir du hall et mis sa veste à carreaux écossais pour aller dans le centre-ville. Par chance, la maison de Cleodora se situait juste à côté de la boutique de magie, par commodité, et celle-ci se trouvait déjà dans le centre-ville. Il pouvait donc y aller à pied, la meilleure des solutions quand on envisageait de boire quelques cocktails savoureux. Se baladant tranquillement, il vit que la ville était plutôt calme, mais que l’activité était déjà un peu meilleure dans le bar sans doute le plus connu de Borealis, le Sacrilège. Bon avouons-le, il n’y avait rien de comparable avec les bars londoniens mais il devrait bien s’en contenter n’est-ce pas ? Cela avait le mérite d’être « champêtre », assez classique et traditionnel somme toute, assez bien éclairé et avec du monde à l’intérieur, et majoritairement des jeunes de son âge. Parfait. Il n’y avait plus qu’à espérer que ces locaux n’étaient pas trop décalés de la mentalité londonienne, même si cela risquait d’être le cas. Jocelyn risquait de détonner dans un tel décor, mais qu’à cela ne tienne. Il entra tranquillement dans le bar, avisant le barman derrière son comptoir boisé, occupé à servir des verres. Le bar était assez rempli, ce qui pouvait se montrer étonnant pour une ville comme Borealis, perdue dans la taïga canadienne. Le jeune Sylphe – oui c’est bien le mot qu’avait employé Cleodora – agrémenta son entrée d’un « Bonsoir » joyeux avec un de ses sourires rêveurs dont il avait le secret. Profitant qu’un tabouret se libérait, il posa sa fesse droite dessus, en prenant garde de ne pas froisser sa veste à carreaux écossais.

-Jeune homme ? Excusez-moi, quand vous aurez fini avec votre commande, est-ce que vous pourriez me conseiller une de vos spécialités ? Je parle de cocktail bien entendu, et avec de l’alcool, cela va sans dire, j’espère que vous en faites de bons. J’ai terriblement soif …

Jocelyn agrémenta cette dernière remarque d’un affalement complet sur le bar, son visage posant sur son coude droit, regardant de côté le jeune et mignon serveur interloqué par cet inconnu….



- crooner curves

_________________
+Volubility+
“Quand nous rions, nous nous vidons et le vent passe en nous, remuant portes et fenêtres, introduisant en nous la nuit du vent.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Thaïs Gallagher
☣ Hot Like Hellhound ☣



⚜ Date d'inscription : 24/11/2016
⚜ Messages : 276
⚜ Race/Espèce : Cerbère






MessageSujet: Re: Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]  Jeu 8 Déc - 17:48

La sacrilège n'était pas le seul bar en ville, mais c'était certes le plus populaire et le plus fréquenté par les jeunes. L'endroit n'étaient pas le plus tendance au monde, après tout ils étaient dans une petite ville, mais Thaïs aimait faire en sorte d'attirer les clients. Il organisait assez souvent des petites soirées à thème, karaoké, scène ouverte, ou même quelques concerts de groupes locaux... c'était pas énorme, mais ça lui avait permis de se bâtir une bonne base d'habitués et plus il y avait de monde dans son bar, plus d'autres étaient attirés par l'endroit. Avec le temps, les gens avaient même fini par ignorer ses pertes de conscience, ou les trucs bizarre qu'il lui arrivait de faire quand il perdait le contrôle de la bête en lui. C'était un peu comme si c'était quelque chose de normal pour eux. Ce soir là, le bar était loin d'être plein, mais c'était une bonne chose, ils n'étaient que deux pour servir, son barman habituel et lui, Kate n'était pas encore en état et il ne voulait pas risquer la vie de ses clients en lâchant une succube affamé dans la place.

Quelques amis à lui de l'époque du lycée étaient venus prendre un verre, s'installant au bar pour pouvoir discuter avec lui, c'était une bonne ambiance, il n'avait pas été le type le plus populaire qui soit au lycée, il était le petit humain banal, toujours accompagné de son ami asiatique et de sa petite amie blonde... mais il en gardait de bons souvenirs, parce qu'ils n'avaient peut être pas été spécial comme bon nombres des gens de cette ville, mais c'était du coup ce qui avait fait son originalité. De moins jusqu'à ce que son géniteur passe l'arme à gauche et lui lègue sa foutue particularité en même temps que son bar. Enfin pour le bar il était plutôt content, il aimait bien ça, il aimait le contact avec les clients, être un peu le psy de Boréalis, être au courant de tout les ragots et de toutes les rumeurs... oué ça c'était cool. D'ailleurs il écoutait attentivement Shelley, parler d'un type qu'ils avaient connu au Lycée qui avait visiblement quitter la ville pour il ne savait trop quoi et qui avait mal tourné...

Il n'était même plus très sur de se souvenir de ce type, mais en même temps Shelley était le genre de fille qui pensait savoir tout sur tout le monde, qui était aussi subtile qu'un éléphant et ne savait pas garder un secret... tout ce qu'il aimait, enfin tant qu'il n'était pas son sujet de conversation et il était quasi sur que ça avait dut arriver. Quoi qu'il en soit il écoutait quand même, parce que bien il avait pas grand chose d'autre à faire à par remplir le verre de bière d'un de ses amis au passage, mais un client s'installa non loin et l'interpella. Un fort accent bien Anglais, et d'ailleurs le look qui allait avec. Le type avait l'air tellement décalé, presque rétro dans un contexte comme celui du Sacrilège que le brun ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé alors qu'il s'approchait de lui en le détaillant presque de manière impolis. Ce qui ne l'était pas, c'était juste qu'il avait tendance à manquer de tact en général.

- Vous êtes nouveau dans le coin vous !

C'était pas une question, mais bien une affirmation. Il était claire qu'il ne l'avait jamais vu avant et vu son look, il ne devait pas être en ville depuis bien longtemps. Il sortit alors un verre à cocktail à pied, le posant sur le comptoir avant de mélanger quelques alcool dans un shaker. Il avait tendance à se la jouer savant fou quand il s'agissait des cocktails, mais étonnamment, ça ressortait pas si mal. Il versa alors son mélange dans le verre du jeune homme avant d'ajouter une olive sur un pique dedans et repoussa le verre vers lui avant de dire avec un sourire en coin :

- Il n'y aucun autre bar en ville qui vous servira des cocktail, ici c'est bière ou whisky, les gens sont du genre... rustique.

Il laissa échapper un léger rire amusé tout en observant le nouveau venue goûter le cocktail, il voulait voir sa réaction. D'ailleurs il y avait un truc qui le chiffonnait un peu chez lui, il sentait le surnaturel à plein nez, Thai les reconnaissait au premier contact, mais il n'arrivait pas à savoir ce qu'il était exactement. Il n'en avait jamais croisé comme lui, c'était étrange... Il aurait put demander, mais on lui avait fait remarquer plus d'une fois que entamer une conversation avec un inconnue en commençant par « t'es quoi toi ? » c'était pas très correct... du coup il valait mieux garder ça pour plus tard.

_________________

This is our time, no turning back
We could live like legends...

© made by Ilyria
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jocelyn Archer
☁ Protective Like Sylphes ☁



⚜ Date d'inscription : 04/12/2016
⚜ Messages : 39
⚜ Race/Espèce : Sylphe






MessageSujet: Re: Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]  Jeu 8 Déc - 18:53

Une soif à étancher
Ce « Sacrilège » avait donné une bonne impression de l’extérieur, et son serveur (et propriétaire ? ou fils du propriétaire ?) était bien mignon. Mais pour le moment ce n’était pas une priorité pour Jocelyn, il venait d’arriver en ville et n’avait pas encore eu le temps de vraiment profiter depuis qu’il avait posé ses bagages et pour lui sa priorité c’était surtout de se rafraîchir le gosier avec quelque chose d’alcoolisé et de sucré ! Un bon petit cocktail ferait l’affaire, mais encore fallait-il voir si le barman savait en faire de bon. Ce qu’il savait faire en revanche c’était détailler Jocelyn avec une discrétion complètement inexistante, ce qui faisait doucement sourire le britannique. Il aurait dû le parier, ça ne faisait même pas trente secondes qu’il était dans le bar que voilà qu’il se faisait remarquer. Il se savait quelque peu original dans sa façon de s’habiller, un peu comme les dandys du début du XXème siècle - une époque bénie au regard de toutes les séries que le jeune homme avait regardé sur cette période de l’histoire – mais à Londres sa tenue passait presque pour normal. Bon, il est vrai que dans une petite bourgade comme Borealis, c’était assez peu courant. Loin de se formaliser, Jocelyn prit même la chose avec humour, la tête toujours à moitié caché dans son coude.

-Nouveau je ne vous le fais pas dire jeune homme. Enfin, Cleo raconte que je serai venu ici, mais je portais encore des langes à cette époque-là, ce n’était pas très glorieux, quoique je suis sûr d’être très sexy avec des langes, mais encore faut-il qu’ils soient assez seyants. Ah pardon oui Cleo c’est ma grand-mère, Archer, la propriétaire de la boutique du même nom, vous connaissez ?

Comme d’habitude, il fallait qu’il parle trop, et comme il était en manque d’alcool depuis un peu trop longtemps, ses phrases voulaient à peine dire quelque chose. Ses amis londoniens le savaient, mais est-ce qu’ici les locaux comprendraient son caractère un peu trop volubile ? L’avenir le dirait. Pour l’heure, le charmant barman, au petit sourire en coin, lui servit un cocktail avec une olive – la base de tout cocktail, s’il n’en avait pas eu, il aurait été vexé. Plutôt que de répondre immédiatement au jeune homme, dont il ignorait toujours le prénom, il le remercia d’un signe de tête pour le verre et trempa ses lèvres rosées dans le breuvage opalescent.  Hum, c’était …. « intéressant ». Il n’arrivait pas à définir précisément ce qu’il y avait dans le cocktail, mais c’était plus que buvable. De toute manière, il n’avait pas trop le choix comme apparemment il n’y avait qu’ici que l’on pouvait se faire servir autre chose que de la bière ou du whisky, deux boissons qu’il détestait, l’une pour son détestable goût de houblon, l’autre pour sa trop grand virulence dans la bouche.

-Rustique, ce n’est pas peu dire…. Ca ne fait que deux semaines que je suis ici et j’ai déjà bien trop vu de chemises de bûcheron… Mais les hommes savent ici que c’est passé de mode depuis au moins deux ans ? Il faudrait peut-être leur dire, j’en ai mal au cœur pour eux…

Tout en disant cela, Jocelyn mima un haut le cœur, la main posée sur son sternum de manière assez théâtrale et délicate. Pour se remettre d’aplomb, il reprit une gorgée qui lui fit hérisser le poil, comme si un vent léger s’était levé dans le bar dont la porte et les fenêtres étaient pourtant fermées. Oups, il semblerait que le petit britannique ne contrôle pas ses nouveaux « dons ».

-En tout cas, je vous remercie pour ce cocktail, je pense que vous allez pouvoir m’en repréparer un autre très rapidement, ma gorge s’assèche très vite dans ce pays. Oh mais excusez-moi, je manque à tous mes devoirs : Jocelyn Archer, enchanté. Et vous êtes ?

En se présentant, Jocelyn avança sa main dans une tentative d’ouverture sociale et amicale envers cet inconnu qui lui avait déjà rendu un fier service. Il ne connaissait personne dans cette bourgade hormis sa grand-mère, et même si celle-ci était charmante, il n’allait pas rester isolé chez elle toute sa vie durant, il fallait bien qu’il noue de nouveaux contacts, et quoi de mieux qu’un bar pour ce faire ? Il était temps pour lui de prendre un peu la température de Borealis…




- crooner curves

_________________
+Volubility+
“Quand nous rions, nous nous vidons et le vent passe en nous, remuant portes et fenêtres, introduisant en nous la nuit du vent.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Thaïs Gallagher
☣ Hot Like Hellhound ☣



⚜ Date d'inscription : 24/11/2016
⚜ Messages : 276
⚜ Race/Espèce : Cerbère






MessageSujet: Re: Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]  Lun 12 Déc - 18:40

Celui là, ça avait vraiment l'air d'être un sacré numéro, il était habillé comme un vieux et parlait même comme un vieux. Dans cette ville l'apparence n'avait pas beaucoup d'importance, il suffisait de voir leur maire pour ça... il donnait l'impression au plus d'avoir une soixantaine d'années alors qu'il en avait des centaines et des centaines... allez savoir, ce type là était peut être dans le même cas, quoi qu'il en soit il ne sentait pas le kitsune, ni le phoenix, ni aucune autre créature qu'il avait déjà rencontré à vrai dire. C'était étrange, mais également intriguant pour le coup. Et puis sa manière de parler, son attitude, tout cela amusait beaucoup Thaïs qui ne retenait même plus son rire. Il était visiblement le petit fils de la vieille femme qui tenait la boutique de magie. Évidement qu'il la connaissait, la boutique n'était pas bien loin de son bar et tout le monde avait tendance à connaître tout le monde dans cette ville... d'autant plus que la propriétaire de cette boutique était un peu un monument à elle seule... A votre avis quel était la boutique qui attirait à tout les coups les touristes et les gens fraîchement débarqués en ville ? Il hocha alors la tête positivement avant de répondre :

- Je crois qu'il n'y a pas une personne dans cette ville qui ne la connaisse pas... je ne doute pas une seule seconde que vous soyez sexy en couche... cependant c'est pas vraiment mon style de fantasme...

Il se laissa à nouveau aller à rire, malgré lui, l'image du type en couche lui apparut, rendant cela encore plus drôle. Visiblement le cotés rustique de la ville n'était pas à son goût, avec un look aussi excentrique, ça n'avait rien d'étonnant et lorsqu'il parla des chemises à carreaux de bûcherons, les fameuse chemises en flanelle qui faisaient fureur au Canada, le brun baissa les yeux vers lui même pour voir une de ces chemise par dessus son tee-shirt. Elle était ouverte, laissant entrevoir le logo du tee-shirt à l’effigie d'un vieux groupe de rock des années quatre vingt et les manches étaient relevé à mi bras, mais oui c'était bien une de ces chemises de bûcherons. Mais non loin de mal le prendre ou encore de s'en offusqué, il se mit de nouveau à rire avant de relever les yeux vers le type haut en couleur et de répondre :

- Je suis désolé, mais je suis presque sur que le nœud papillon et le tweed ne m'iraient pas du tout... il vaut sans doute mieux que je me contente du look « bûcheron ».

Il n'y avait aucune animosité dans sa voix, juste de l'amusement, il avait conscience que les gens étaient des clichés ambulant dans cette ville, mais c'était une bonne chose de son point de vue. Il n'était pas un grand fan des changements, ça lui faisait peur, il en avait vécue bien assez. D'ailleurs en parlant de ça, alors que le jeune homme buvait une gorgée, un courant d'air venant de lui se fit sentir. Le brun fronça les sourcils, essayant de reconnaître son odeur, un élémentaire... un garouda... un autre métamorphe... non, c'était rien de tout ça, et bordel, ça l'intriguait un peu trop pour le coup. Assez pour qu'il ne fasse pas trop attention à ce qu'il disait trop perdu qu'il était dans ses pensées. Il se reprit en voyant la main tendu du jeune homme.

- Hein ?

Il lui fallut quelques secondes pour percuté, mais lorsque ça lui monta au cerveau il s'avança pour lui serrer la main avec un sourire un peu désolé avant d'ajouter :

- Désolé, j'étais un peu ailleurs... Thaïs Gallagher.

En général quand il disait cela, on lui demandait « comme le shérif Gallagher ? » et c'était à cet instant qu'il levait les yeux blasé avant de répondre « malheureusement... ». Du coup pour pallier à ce genre de désagrément, le brun enchaîna rapidement pour ne pas laisser le temps à l'autre homme de poser la fameuse question dérangeante.

- Alors dites moi, qu'est ce que vous venez faire dans cette ville de bûcheron ?

Il espérait en apprendre un peu plus et comme le bar était assez calme, il pouvait se permettre de discuter un peu avec ce nouveau venue.

_________________

This is our time, no turning back
We could live like legends...

© made by Ilyria
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soif à étancher - [Thaïs et Jocelyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vraies règles de Soif de Sang ?
» La Thaïlande, le pays du (pas toujours) sourire ^^
» [Résolu en 3mins]Soif de sang / Infâme ! / Mestre wendamyr /
» En soif d'apprentissage , une jeune femme motivée.
» Lelfe : Au Bois Sans Soif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Middle of the Night :: 
Borealis
 :: Centre Ville :: Bar le Sacrilège
-
Sauter vers: