AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kalista Vengerberg
⚜ Fearless like Apocalypse ⚜



⚜ Date d'inscription : 17/12/2016
⚜ Messages : 35
⚜ Race/Espèce : La guerre (Cavalier de l'apocalyspe)






MessageSujet: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Ven 13 Jan - 15:59

Depuis son arrivée, plusieurs semaines avaient passé. Tout n'était pas encore facile à comprendre ! Se retrouver dans cette ville n'avait à première vue rien d'étonnant, mais se rendre compte un peu après qu'on est un monstre... C'est comment dire : un sacré choc ! Le problème, c'est qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle était et comment maîtriser ses drôles de pouvoirs. Il a fallu qu'elle entre dans un bar pour que peu après tout le monde commence à se taper dessus. Au départ, elle a juste pensé que c'était normal, des bagarres de ce type dans des endroits loufoques ce n'est pas rare. Mais quand la police est arrivée et qu'ils s'en sont pris à elle jusqu'à la blesser, c'est carrément parti en sucette. Le pire dans cette histoire, c'est qu'elle a survécu, ça blessure a disparu au moment où une arme est apparu dans sa main et que cette dernière a tué l'agent. En quelques secondes son ventre était comme avant. C'est dans ce genre de moment-là, totalement absurde et incompréhensible qu'on ne comprend plus rien. En fuyant, elle a eu de la chance de tomber sur Erwan, un type sympathique qui lui a en quelque sorte sauvé la vie en lui expliquant ce qu'elle ne comprenait.

Erwan est la première personne qu'elle a rencontré et qui d'une certaine manière l'a prit sous son aile. Ainsi, elle sait que la ville n'est pas une ville ordinaire. Que quiconque -ou presque- venant ici voit sa vrai nature être révélé. C'est ce qui s'est passé avec elle. En plus d'être une simple humaine, elle est quelque chose d'autre. Le problème est de savoir quel genre de créature elle est. Elle n'a rien d'un vampire, d'un loup-garou ou d'un ange. Le fait qu'elle puisse rendre sans le vouloir les gens plus violents ou déterminé pour qu'ils se battent ne lui semble pas vraiment être les capacités d'une créature très sympathique. D'autre part, elle peut invoquer n'importe quelle arme dans ses mains, là aussi c'est assez troublant. Et pour finir, le sang des personnes qu'elle tue voir peut-être qu'elle blesse semble la régénérer. Sincèrement, quel type de monstre peut-elle être ? C'est la grande question que Kalista avec le soutien d'Erwan cherche à élucider.

En parlant de son ami, elle lui rend aujourd'hui visite. C'est avec une casquette noire vissé sur la tête, qu'elle parcoure les rues, tête baissée pour ne pas se faire remarquer. Elle a même des écouteurs dans les oreilles branchées à un vieux MP3 pour être concentré uniquement sur la musique. La jeune femme a remarqué que si elle ne pense pas trop à ce qu'il y a autour, elle évite de créer des "émeutes". Rapidement, elle se glisse dans le hall de l'hôtel et part dans la direction du coin administratif pour trouver le bureau d'Erwan, vu que c'est lui le proprio, il a le droit à ce privilège. Elle frappe rapidement et n'attend pas spécialement qu'on lui réponde d'entrer. Sa main se pose déjà sur la poignée et elle entre puis referme la porte. D'un coup, elle se sent soulagée. Kali est parvenue à venir jusqu'ici sans déclencher la moindre bagarre ou tuer qui que ce soit. Un soupire de soulagement lui échappe alors qu'elle retire sa casquette et ses écouteurs. "Salut ! Désolé de venir sans prévenir ! Mais je commençais à devenir folle au beau milieu de la forêt !" Afin de ne faire du mal à personne, la demoiselle a décidé de s'isoler en dehors de la ville, caché dans la forêt à faire du camping dans une pauvre tente, alors que franchement, le camping c'est pas du tout son truc. "En plus de ça, j'ai presque plus d'argent... je me demande si c'est vraiment une bonne idée que je reste ici ?" Kali soupira doucement, elle était perdue avant de venir, mais à présent s'était encore pire. Comment sa vie pourrait-être pire que ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Cyr
❃ Stormy like Typhons ❃



⚜ Date d'inscription : 12/01/2017
⚜ Messages : 20
⚜ Race/Espèce : Typhon






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Ven 13 Jan - 16:31

Erwan était tranquillement installé dans son bureau, en train de lire le journal du jour en buvant son café, les pieds sur le bord du meuble. Il avait senti d'un coup des émotions violentes en lui mais les avait comprimées avec une certaine aisance, sachant pertinemment que s'il ressentait tout cela, c'était principalement parce que Kalista devait être dans le coin. Il avait alors replié son journal, l'avait posé puis s'était levé au moment où elle entrait dans sa pièce.

"Salut ! Désolé de venir sans prévenir ! Mais je commençais à devenir folle au beau milieu de la forêt !
_Ne t'en fais pas, Kalista, tu peux venir à n'importe quel moment. De plus, je n'ai pas de clients, rien ne peut t'arriver ici. Et aujourd’hui, j’arrive à me maîtriser."

Pour lui souhaiter la bienvenue, il l'embrassa affectueusement sur le front puis la mena vers le fauteuil qui lui servait à accueillir ceux qui entraient dans son bureau. Il fallait absolument qu'elle se calme, c'était lorsqu'elle était dans un état d'émotion intense que c'était particulièrement difficile à maîtriser. Merci à ces années de contrôle de son propre pouvoir.

"En plus de ça, j'ai presque plus d'argent... je me demande si c'est vraiment une bonne idée que je reste ici ?
_Tu pourrais effectivement partir, ce serait le plus simple, ton pouvoir serait désactivé dès que tu quitterais la ville. Mais d'après ce que tu m'as expliqué, ce ne serait pas simple de te refaire une vie, étant donné que tu as déjà tout quitté."

Il lui serra l'épaule en soutient puis s'installa sur le fauteuil en face, les jambes croisées, après avoir servi une tisane à sa nouvelle protégée. Pas de café, ça pourrait la rendre encore plus nerveuse. Une tisane, c'était très bien pour détendre.

"Il faut absolument que tu contrôles tes émotions. Tu es totalement submergée par la peur, on dirait moi quand je me suis réveillé à l'hôpital. Quant à tes problèmes d'argent, tu peux rester ici et dès que tu auras appris à contrôler tes émotions, je pourrais te proposer de m'aider. La saison touristique va bientôt arriver et des touristes de passage vont pas tarder à faire escale ici."

Il but à nouveau une goutte de son café, lui pouvant parfaitement se le permettre, il pensa soudainement à quelque chose qu'il avait oublié de dire.

"J'ai téléphoné à une des mages de la ville, celle qui s'occupe des protections. Je ne l'ai pas eue directement mais j'ai laissé un message sur le répondeur. J'ai l'espoir qu'elle me rappelle au plus vite pour que nous sachions exactement ce que tu es."

Erwan avait longuement cherché dans les livres d'Abel, mais rien n'avait pu le mettre sur la piste. Il avait des manuscrits notamment sur les chat-garous, apparemment sa passion - ou la race la plus répandue - mais rien sur une personne capable de manipuler les émotions et de créer des armes à volonté. Cela l'avait chagriné de laisser Kalista dans l'ignorance, mais parfois c'était ainsi. Lui-même avait eu la chance d'être retrouvé par un Typhon qui lui avait tout appris.

Aider Kalista était pour lui une sorte de thérapie, de remerciement envers son bienfaiteur qui avait réellement changé sa vie. Il aurait aimé pouvoir la laisser partir, mais en dehors de Boréalis, elle était seule, n'avait personne. Elle ne se souviendrait certes pas de ce qu'il lui était arrivé mais après, quoi ? Sans argent, elle n'irait pas bien loin et il s'inquiétait. Au moins, ici, il pouvait veiller sur elle.

"Après, bien sûr, si tu souhaites toujours quitter cette ville, je pourrais t'aider. Je ne cherche pas à te forcer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kalista Vengerberg
⚜ Fearless like Apocalypse ⚜



⚜ Date d'inscription : 17/12/2016
⚜ Messages : 35
⚜ Race/Espèce : La guerre (Cavalier de l'apocalyspe)






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Ven 13 Jan - 17:43

Depuis son départ de son ancienne vie, elle n'a plus d'amis, plus de familles, plus rien. Alors, personne ne peut l'aider et la comprendre. Du moins, jusqu'à ce qu'elle arrive ici et rencontre totalement par hasard Erwan qui est actuellement son seul ami et soutient. Même s'ils n'ont pas de lien de sang, elle pourrait presque le considérer un peu comme sa famille. Après tout, si elle peut compter sur quelqu'un c'est sur lui. Après, elle n'est pas sûre de lui faire confiance à 100%, pour ça elle va devoir le connaître un peu plus. Mais il a le droit à son respect et son amitié ce qui est déjà pas mal pour commencer en si peu de temps. La jeune femme était heureuse de ne pas vraiment le déranger et dans le fond, même si c'était le cas, elle doute qu'il l'aurait dit. Pour l'instant, elle ignore ce que ça aurait pu faire sur elle, comme activer ses pouvoirs et si jamais elle rend Erwan furieux, elle avait compris que dehors ça pouvait devenir le chaos. Du mieux qu'elle pouvait, elle tentait de contrôler ses émotions, chose qui n'est pas facile après tout ce qu'elle a vécu. Une chose est sûre, elle n'est pas arrivée à Boréalis au meilleur moment de sa vie. "Je ne sais pas si c'est une bonne chose, mais je crois que j'ai réussi à traverser la moitié de la ville sans déclencher de bagarre. Bon, j'ai vu deux, trois humeurs changer, mais rien de bien grave. J'ai remarqué que si je me concentre sur quelque chose, j'arrive un peu à contenir mon pouvoir. Alors, j'ai toujours un MP3 avec moi, maintenant !" Ce n'était pas une très grande avancée, mais c'était tout de même mieux. Avant, en marchant en pleine rue, les gens se seraient jetés les un sur les autres pour s'entre-tuer. Le baiser qu'il déposa sur son front avait un petit quelque chose de rassurant, au moins elle se sentait soutenue.

Kalista fit part de son inquiétude sur le fait de rester en ville. Si jamais elle déclenche à chaque fois des barrages, c'est plus que dangereux. Savoir que son pouvoir peut faire s'entre-tuer des gens c'est effrayant. Quoi qu'elle n'est sûrement pas la seule dans ce cas-là. Erwan lui avait expliqué ce qu'il est et le genre de choses qu'il peut faire. Mais si elle part, ou irait elle ? Dernièrement, elle n'a fait que ça, fuir de ville en ville pour mettre le plus de distance possible avec son passé et sa famille qu'elle déteste. "Ouais... j'ai choisi un avenir sans retour possible. Je n'ai pas envie qu'on me retrouve. Et ici, j'ai la sensation que ma famille ne me trouveras jamais. Je dois dire que ces pouvoirs me rassure aussi un peu... je ne veux tuer personne, mais j'ai l'impression qu'ils pourraient être une barrière contre mon passé !" Elle avait expliqué ça calmement, avec toutefois, une légère touche de crainte dans sa voix. Changer de vie n'est pas facile, mais échapper à son passé est encore plus difficile. Elle est presque certaine que ses parents ont sûrement engagé des détectives privés pour la retrouver et la ramener. Avoir les pouvoirs qu'elle a, est donc plus que pratique pour faire fuir ce genre de types.

Son regard se posa sur la tisane que lui avait servi Erwan. Elle était chaude et avait un petit côté réconfortant qu'elle aimait beaucoup. Le simple contact chaud de la tasse entre ses mains avait le don de la détendre un peu. Son interlocuteur étant passé par les mêmes stades qu'elle il y a plusieurs années, il était à même de la comprendre. D'après lui, elle devait avant tout contrôler ses émotions, c'est la clef pour garder le contrôle sur ses pouvoirs. Elle était d'accord, en ce moment, elle était encore trop perturbée pour parvenir à maîtriser tout ça. Plus encore, le jeune homme lui offrait davantage son aide. Sans vraiment y mettre les formes, il venait de plus ou moins lui proposer un boulot dans l'hôtel dès qu'elle comprendra un peu mieux sa nature. C'est un peu surprise qu'elle le regarda. Il ne connaît même pas ses compétences... enfin, elle n'a jamais bossé dans un hôtel. Et ça implique d'être en contact avec beaucoup de monde et si un jour elle perdait le contrôle pour une raison ou une autre ? "Attend... tu me proposes de venir travailler ici plus tard ? Tu crois pas que c'est risqué ? Si jamais je déclenche des bagarres ? Un massacre à l'hôtel c'est pas vraiment la meilleure pub que tu pourrais avoir pour l'hôtel, non ?" demanda-t-elle avec inquiétude et une légère pointe d'humour noire, car ce n'était qu'un futur hypothétique. Quoi que c'est peut-être ce qu'il y a de mieux pour elle. Il commence à le connaître et de toutes les personnes en ville, il sera sûrement l'un des seuls à parvenir à la calmer si besoin.

Par la suite, il expliqua qu'il avait passé un coup de fil pour essayer de déterminer ce qu'elle est avec l'aide d'un mage. C'était une bonne nouvelle, sincèrement, elle aimerait savoir qu'elle sorte de "monstre" elle est. Mais c'était aussi inquiétant et Erwan devait le ressentir sûrement d'un coup par une vague de mauvaises pensées qui pourraient l'envahir. Ce n'est pas sa faute, vu qu'elle ne ce contrôle pas encore bien. Qu'est-ce qu'il se passera si jamais ils découvrent qu'elle est quelque chose de vraiment horrible ? Elle remarqua qu'elle avait dû relâcher un peu son pouvoir et fit son possible pour se calmer. Elle ferma les yeux et garda la tasse chaude entre ses mains, se concentrant uniquement sur la chaleur qu'elle dégageait en espérant retrouver un peu de sa sérénité. "Désolé, c'est vraiment pas facile de se contrôler tout le temps ! Dis-moi, qu'est-ce qu'il se passera si on découvre que je suis une mauvaise créature ? Je ne connais pas encore tout de la ville. Mais j'imagine que toutes les choses qui vivent ici ne sont pas forcément bonnes ?" C'était une simple interrogation, mais imaginez, à tout hasard, qu'elle est le diable, est-ce qu'elle aurait vraiment le droit de continuer à vivre ? Plutôt que de mourir, elle peut partir, mais cette idée lui semble de moins en moins sympathique. "J'imagine qu'on verra ça en temps et en heure. Pour le moment, je dois me contrôler et découvrir ce que je suis !" A la fin de sa phrase, elle parvint à sourire, un sourire qui indique qu'elle garde espoir et qu'elle fera des efforts pour apprendre au plus vite. "Erwan ! Combien de temps tu as mis pour apprendre à contrôler ce que tu es ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Cyr
❃ Stormy like Typhons ❃



⚜ Date d'inscription : 12/01/2017
⚜ Messages : 20
⚜ Race/Espèce : Typhon






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Ven 13 Jan - 19:00

Erwan eut un petit rire face à l'ironie mordante de Kalista. En effet, c'était dangereux si Kalista lâchait ses pouvoirs et déclenchait une bagarre générale à l'hôtel.

"C'est pourquoi j'ai bien dit, lorsque tu contrôleras tes pouvoirs. Et si je te propose cet emploi, c'est d'abord parce que j'aurai besoin d'aide lorsque l'hôtel sera plein à la saison. Et ensuite parce que tu peux t'en douter, on ne se bouscule pas au portillon pour travailler avec moi... Il y avait une femme de ménage quand j'ai hérité de l'hôtel, elle est partie car elle était effrayée par moi. Je suis un Typhon, mon humeur peut faire qu'il y a du soleil ou une tempête meurtrière. Réfléchis à ma proposition au lieu de râler, plaisanta Erwan"

Il eut un petit sourire puis but à nouveau une goutte de café. Il y allait tout doucement afin de rester maître de lui-même. Il se souvint malgré tout des gens qui changeaient de trottoir quand il passait dans le coin. Il se souvenait aussi des parents qui rappelaient leurs enfants lorsqu'il leur proposait une glace en été. Pourtant, à ces moments-là, il était parfaitement gérable. Et cela avait empiré à la mort d'Abel. S'il avait réussi à séduire Eden, cela relevait du pur miracle.

Il ressentit à nouveau une pulsion, telle qu'il serra un peu plus fort sa tasse. Il regarda dehors, mais rien n'avait changé, peut être quelques nuages.

"Désolé, c'est vraiment pas facile de se contrôler tout le temps ! Dis-moi, qu'est-ce qu'il se passera si on découvre que je suis une mauvaise créature ? Je ne connais pas encore tout de la ville. Mais j'imagine que toutes les choses qui vivent ici ne sont pas forcément bonnes ?

_Il n'y a pas vraiment de bonnes ou mauvaises créatures, plutôt des personnes qui se servent bien de leurs dons ou pas. Après, selon ta définition... Je suis une mauvaise créature. J'ai aussi entendu parler d'un Berserker. Un truc comme ça... Ne me demande pas ce que c'est, je serais bien embêté. "

Un peu plus détendu, il écouta la suite.

"J'imagine qu'on verra ça en temps et en heure. Pour le moment, je dois me contrôler et découvrir ce que je suis ! Erwan ! Combien de temps tu as mis pour apprendre à contrôler ce que tu es ?

_J'ai eu la chance d'avoir Abel. Je t'en ai parlé, c'est le Typhon qui m'a retrouvé et m'a accueilli ici. Il m'a prit sous son aile malgré l'avis de certains habitants et il m'a tout enseigné. Au début, j'étais sous médicament, complètement défoncé et amorphe. J'ai fini par aller dans la forêt et me forcer à sortir tout ce qui était en moi, mes regrets, mes haines, mes colères. Je crois que Boréalis a revu du beau temps au bout de... Un an ? En sachant que j'avais droit à une période de rééducation très frustrante, étant donné que j'avais été poignardé."

Il était rassuré de voir la jeune femme sourire. Les souvenirs n'étaient pas excellents, mais Erwan parlait de bon coeur. Il était ainsi, à présent. Abel avait laissé une marque indélébile en lui. A présent, cette ville était tout ce qu'il avait. Il affectionnait ces rues, ces bâtiments typiquement français, Eden... Il ne pourrait probablement plus jamais partir. Non, car partir signifierait quitter le souvenir d'Abel. Et jamais il n'oserait.

"Personnellement, je ne pense pas que tu mettras autant de temps que moi à t'en remettre. J'étais quelqu'un de vraiment colérique à l'époque, je me battais et j'étais le stéréotype de la rock star. A 30 ans, j'agissais comme un gamin de 15. J'ai un peu grandi, et c'était douloureux. Toi, tu as fait des erreurs mais tu as l'avantage d'être nettement plus intelligente que ce que j'étais. Je suis sûr que tu sauras puiser en toi le pouvoir de rester maître de tes dons."

Erwan se leva ensuite et se dirigea vers la fenêtre. Il pouvait voir l'appartement de celle qu'il aimait et cela le détendit.

"De toute façon, c'est toujours plus facile d'atteindre un objectif lorsque une récompense nous attend à l'arrivée. C'est comme l'histoire de l'âne et de la carotte. Qu'en dis-tu ? Tu parviens à contrôler ton don et je t'engage. Même si tu n'as aucune expérience, je n'en avais pas beaucoup plus que toi quand j'ai été propulsé propriétaire, et j'en avais encore moins quand la femme de ménage est partie et que je n'ai trouvé personne d'autre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kalista Vengerberg
⚜ Fearless like Apocalypse ⚜



⚜ Date d'inscription : 17/12/2016
⚜ Messages : 35
⚜ Race/Espèce : La guerre (Cavalier de l'apocalyspe)






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Mer 18 Jan - 19:33

[Désolé pour les jours de retard ! L'ouverture de mon forum a prit du temps, le temps de tout finir et tout ><]


Visiblement, Erwan avait plus que confiance en elle. Il était sûr qu'elle parviendrait à contrôler ce qu'elle est. Du coup, si son contrôle était par la suite total, elle aurait le droit à un job dans l'hôtel. C'était une bonne nouvelle, mais la perspective était toutefois effrayante. Son ami lui raconta vaguement ses débuts et le fait qu'il avait fait fuir la femme de ménage de l'hôtel à cause de ce qu'il était et que beaucoup de personnes le craignait. Elle peut comprendre tout ça, en général, les gens ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas. Pire encore quand ça peut leur être fatal. "Tu crois qu'engager quelqu'un comme moi ça va être mieux ? Si tes employés et clients savent que je suis potentiellement dangereuse, je doute qu'ils aient envie de venir. Et même si je me contrôle, je ne serais sûrement pas à l'abri d'un dérapage, non ?" Pour l'heure, elle ignore comment elle parviendra à contrôler son pouvoir. Du coup, elle ne peut pas savoir si un petit truc pourrait la mettre en colère ou juste la mettre d'une humeur différente et ainsi lui faire perdre son contrôle sur elle-même. D'ailleurs, elle se demande s'il est arrivé lors des dernières années à son ami de ne plus se contrôler pour une raison X ou Y. "Est-ce qu'il t'es déjà arrivé de perdre le contrôle depuis le temps ?" demanda-t-elle par curiosité. Peut-être que c'est plus facile pour lui, un changement de temps pas trop violent peut être dû à la simple météo et pas forcément à son pouvoir, il y a donc plus de chance que ça passe inaperçu qu'une émeute qui se termine avec un tas de blessé.

Malgré son micro changement d'humeur, elle était parvenue à se ressaisir. Elle avait de la chance que Erwan soit calme et qu'il ne soit pas trop atteint par cet horrible don qu'elle possède. Après ça, il répondit à sa question. D'après lui, les créatures sont égales, il faut juste parvenir à contrôler les différents pouvoirs. C'est peut-être mieux de penser ainsi, au moins, même si elle est un véritable monstre, ça veut dire qu'elle a une chance de parvenir à vivre normalement. Ce n'est finalement pas si différent de l'humanité, non ? On peut choisir d'être quelqu'un de bien et de faire son possible pour ne faire de mal à personne. Tout comme on peut être une personne méchante et violente qui oeuvrera uniquement pour faire du mal aux autres. Petit à petit, elle commençait à comprendre cette ville. Tout n'est qu'une question de libre arbitre ! "Dans ce cas, je vais tout faire pour apprendre à contrôler ce que je suis ! Je prouverais aux autres, qu'on peut être une créature dangereuse et se contrôler parfaitement !" La jeune femme était déterminée. C'était là un défi qu'elle se lançait, mais aussi un but à atteindre. Pour le moment, c'est ce qu'il lui faut pour avoir une raison de vivre, des buts qui la feront avancer et oublier son passé.

Kalista écouta attentivement son ami lui parler de son passé pas si lointain. Apprendre qu'il avait même pratiquement une bonne année à se contrôler n'était pas rassurant. Si elle doit vivre autant de temps dans la forêt... elle n'est pas certaine d'y arriver. Mais contrairement ce qu'elle pensait, il était très optimiste, il était certain qu'avec son caractère elle parviendrait à se maîtriser en moins de temps que lui. C'est ce qu'elle espérait ! Visiblement, l'ancien Erwan était différent et c'est pour ça que tout a été difficile. C'est marrant, mais elle a du mal à imaginer l'homme qu'il décrit. Elle le trouve si calme, qu'elle ne peut pas imaginer cet homme immature se comportant comme un gamin. C'est à croire que toutes les épreuves que nous traversons nous font apprendre des choses et nous transforme. "J'espère que tu as raison et que j'arriverais rapidement à maîtriser ce que je suis ! Tu m'es déjà d'une grande aide et je crois que je ne pourrais jamais te remercier assez pour ça !" Kalista avait toujours un peu de mal à se dire qu'il avait accepté de l'aider alors qu'elle était pleine de sang, totalement affolé et qu'elle racontait quelque chose de totalement fou lorsqu'ils se sont rencontrés.

Toujours assise sur le petit canapé, elle l'observa se lever pour observer l'extérieur. Grâce à lui, elle avait à présent un but, celui de se maîtriser pour retrouver une vie normale. "Je ferai en sorte de ne pas te décevoir !" C'était une sorte de promesse, elle voulait y croire, non, elle devait y croire ! "J'ai beau être une gosse de riche, je n'ai pas peur de faire un boulot normal. En quittant ma vie d'avant, j'ai abandonné et rejeté tout ce que j'étais. A présent, je ne suis qu'une pauvre fille sans le moindre argent qui est perdu dans une ville bien étrange !" A bien y réfléchir, cette nouvelle vie, c'est sûrement ce qu'il lui faut, un grand changement pour prendre un grand tournant et devenir quelqu'un d'autre ! "Ça m'embête de te demander ça, mais tu penses que si je te fais une petite liste de course, tu pourrais la faire à ma place ? Si j'entre dans un magasin, j'ai peur que tout le monde commence à s'entre tuer... Et le truc, c'est que j'ai plus grand-chose à manger en ce moment..." Elle afficha un sourire désolé pour s'excuser de sa demande, mais elle n'avait pas bien d'autres choix pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Cyr
❃ Stormy like Typhons ❃



⚜ Date d'inscription : 12/01/2017
⚜ Messages : 20
⚜ Race/Espèce : Typhon






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Jeu 19 Jan - 13:33

"Tu crois qu'engager quelqu'un comme moi ça va être mieux ? Si tes employés et clients savent que je suis potentiellement dangereuse, je doute qu'ils aient envie de venir. Et même si je me contrôle, je ne serais sûrement pas à l'abri d'un dérapage, non ?

_Hé bien, ce qui est génial avec cette ville, c’est que mes clients ne savent rien sur cette ville. Ils sont quasiment exclusivement de passage. Et après, ils oublient tout... Donc, ce que côté-là, je ne m’en fais pas. Et puis, si je veux t’engager, c’est parce qu’on m’a donné ma chance aussi. Et qu’aujourd’hui, si je ne suis pas devenu fou, c’est parce que Abel m’a tendu la main. Je fais la même chose pour toi.

_Est-ce qu'il t'es déjà arrivé de perdre le contrôle depuis le temps ?


_Oh... Hé bien, afin que tu comprennes réellement mes pouvoirs... Je n’influe pas sur la météo, c’est elle qui s’adapte à mon humeur. Abel m’a dit que j’étais plutôt puissant pour une personne qui venait de découvrir mes pouvoirs. Lorsque j’ai peur, que je suis énervé, que je suis fatigué, une véritable tempête se déclenche. Ce n’est pas une simple pluie, un vent qui se lève, c’est un véritable cataclysme. Donc il m’a fallu forcer un peu sur moi. Pendant trois ans, il y a eu des moments de moins bien... Mais je n’ai plus craqué depuis, sauf à la mort d’Abel."

Erwan eut un petit moment de regard dans le vide. Abel lui manquait beaucoup, il était un véritable pilier dans sa vie. Il avait toujours été là. Il aurait pu utiliser ses propres pouvoirs pour arrêter l’influence d’Erwan, mais il le forçait à se rendre compte des effets de ses émotions. Cela avait été une thérapie difficile, autant pour la ville que pour Erwan. Mais cela avait marché.

« Il me forçait à me rendre compte des effets de mes pouvoirs pour me motiver à m’adapter. J’ai longtemps voulu partir, mais je me disais que fuir était indigne de moi, que j’avais ici l’occasion de changer, de grandir. Et puis je suis resté ! »

Erwan avait effectivement voulu partir, il avait essayé plusieurs fois ! Mais une fois à la sortie du champ de force de Boréalis, il se disait qu’il allait tout oublier, Abel, l’hôtel, ses pouvoirs nouveaux, sa nouvelle vie ! Il ne pouvait pas. Malgré la difficulté, il se sentait plus valorisé ici qu’ailleurs. Alors il se reconcentra à nouveau sur Kallista.

"Dans ce cas, je vais tout faire pour apprendre à contrôler ce que je suis ! Je prouverais aux autres, qu'on peut être une créature dangereuse et se contrôler parfaitement !

_Tout à fait. Et je serai là pour t’aider !"

Erwan aima cette étincelle de détermination : c’était ce qu’il attendait. A partir de là, tout était possible, il pouvait l’encourager et peut être même la mener à l’excellence. Elle était intelligente, elle pouvait tout faire. Et puis, elle pouvait toujours prendre le risque de partir... Elle verrait bien. Il la soutiendrait quoi qu’elle fasse.

"J'espère que tu as raison et que j'arriverais rapidement à maîtriser ce que je suis ! Tu m'es déjà d'une grande aide et je crois que je ne pourrais jamais te remercier assez pour ça !"


A cette phrase, Erwan se contenta de sourire. Il préférait accepter ses remerciements une fois qu’elle aura amélioré son train de vie. Il n’aimait pas la savoir camper dans la forêt, fuir toute civilisation. Il se demanda si elle ne devait pas mettre ses pouvoirs à l’épreuve pour pouvoir comprendre leur fonctionnement.

Peut être que s’il allait avec elle en forêt et se laissait aller, il pouvait engager un combat avec elle – il se retiendrait bien sûr – jusqu’à ce qu’elle sache comment le moduler. Il faudra qu’il lui propose. Mais elle le devança avec une demande.

"Ça m'embête de te demander ça, mais tu penses que si je te fais une petite liste de course, tu pourrais la faire à ma place ? Si j'entre dans un magasin, j'ai peur que tout le monde commence à s'entre tuer... Et le truc, c'est que j'ai plus grand-chose à manger en ce moment..."


En voyant son sourire désolé, Erwan fit un geste de la main en disant :

« Il n’y a pas de mal, Kallista, donne-moi cette liste. Si tu veux, je te sers un petit repas ? C’est bientôt l’heure de manger après tout. Je pourrais te convier à ma table une fois que je me serai occupé du couple qui est à l’étage – et qui n’a pas l’air de se battre, soit dit en passant ? »

Erwan eut un nouveau sourire taquin puis se redressa pour aller vers la porte.

« Une fois qu’on aura mangé, j’irai acheter ce qu’il te faut, promis. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amelia Collins
ღ Powerful Like Mages ღ



⚜ Date d'inscription : 22/11/2016
⚜ Messages : 90






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Ven 20 Jan - 11:29

Amelia avait eu une très longue journée. Trop longue. La jeune mage avait encore eu une de ces réunions du conseil, là où sont prises les plus grandes décisions concernant la ville, la protection de celle-ci et les différentes incantations à renouveler régulièrement afin que le monde extérieur ne découvre par l'existence de Borealis. Amelia savait que c'était son destin d'être là, de protéger la ville et ses habitants. Après le décès de son père, elle n'avait pas eu le choix que de reprendre le flambeau et représenter la famille Collins au conseil puisqu'elle était la seule représentante de la famille. Mais cela ne l'empêchait pas de trouver ces réunions très longues, souvent ennuyeuses et parfois dénuées de sens.

La jeune femme décida de passer à son bureau avant de rentrer chez elle. Elle avait besoin de récupérer son manteau et quelques dossiers de jeunes étudiants qui assistaient aux cours d'herboristerie donnés par l'une des plus anciennes mages du Coven. On lui avait demandé de corriger quelques copies pour soulager sa collègue. Alors qu'elle agrippait d'une main les dossiers, elle remarqua que le voyant lumineux de son téléphone clignotait, indiquant que quelqu'un avait laissé un message. Il s'agissait du propriétaire de l'hôtel de Borealis, Erwan Cyr, un homme qu'elle connaissait depuis son arrivée à Borealis. Il était arrivé à l'hôpital et Amelia avait tout de suite vu qu'Erwan n'était absolument pas au courant de ce qu'il était. Elle avait alors appelé quelqu'un qui pourrait l'aider, le guider et ils étaient devenus proches. Avec ce coup de téléphone, elle eut le plaisir de constater que le jeune homme était devenu comme son mentor : il voulait lui parler d'une personne qui aurait besoin d'être un peu guidée car elle ne sait pas quel genre de créature elle est. C'est quelque chose qui arrive souvent à Borealis. Les gens arrivent et découvrent par hasard qu'ils ont des pouvoirs, qu'ils peuvent se transformer ou qu'ils ressentent des choses étranges en eux. Ce n'était donc pas la première fois qu'Amelia avait à annoncer à quelqu'un ce qu'il ou elle était réellement.

Elle regarda l'heure. Ce n'était pas trop tard, et elle avait encore deux bonnes heures avant d'aller à l'hôpital pour travailler. Elle décida donc de faire un saut par l'hôtel, espérant qu'Erwan aurait la gentillesse de lui faire préparer un sandwich afin qu'elle n'aille pas prendre son poste l'estomac vide. Elle prit les dossiers qu'elle fourra dans son sac, enfila son manteau et ramassa ses clefs sur le bureau pour sortir rapidement affronter le froid. Le chemin jusqu'à l'hôtel fut relativement agréable. Amelia aimait conduire, et une partie de la route passait par un chemin dans la forêt, un endroit qu'elle aimait beaucoup. Une fois arrivée à l'hôtel, elle parka sa voiture et se dirigea directement à l'entrée. Elle demanda à la réceptionniste de lui indiquer le bureau d'Erwan et n'hésita pas à traverser le couloir pour y arriver. Elle frappa deux petits coups à la porte et attendit patiemment jusqu'à ce qu'une voix masculine lui dise d'entrer. Elle ouvrit alors la porte et passa la tête par l’entrebâillement. « Bonjour Erwan... est-ce que j'arrive au mauvais moment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Cyr
❃ Stormy like Typhons ❃



⚜ Date d'inscription : 12/01/2017
⚜ Messages : 20
⚜ Race/Espèce : Typhon






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Sam 21 Jan - 21:30

Erwan allait ouvrir la porte, quand il entendit des pas derrière celle-ci. Plutôt que de risquer de taper cette personne avec la porte, il recula et attendit qu’il y ait un bruit, ou une demande. Il était suffisament gentleman pour éviter de faire du mal à quelqu’un lorsqu’il le pouvait. De plus, si cette personne se dirigeait vers son bureau d’un pas aussi volontaire, ce ne pouvait être qu’un familier : le dédale de couloirs qui menait jusqu’ici pouvait ressembler à un labyrinthe au néophyte.

« Je crois que nous avons de la visite, Kalista. N’aie pas peur, tout va bien se passer. Il faut juste que tu aies confiance en toi ! De plus, peu de personnes peuvent venir ici donc il s’agit forcément d’un de mes proches, donc quelqu’un de fiable. D’accord ? »

Il attendit quelques secondes supplémentaires puis entendit une demande pour entrer accompagnée d’un « toc toc ». Cette façon de parler lui disait quelque chose... Quelle ne fut pas sa joie quand il reconnut la voix d’Amélia ! Il fit un signe encourageant à Kalista, puis accorda le droit d’entrer. Cette venue était une grande surprise mais aussi un véritable plaisir.
« Bonjour Erwan... est-ce que j'arrive au mauvais moment ?

_Oh, Amélia, tu es toujours la bienvenue dans ce bureau. De plus, tu ne pouvais pas mieux tomber ! Vas-y entre ! »

Il sautillait presque comme un cabri tant il était content. Il faisait d’ailleurs un soleil radieux. Aussi radieux que son sourire. Il fit signe à Amélia de s’installer sur le fauteuil, face à Kalista. Puis, pendant qu’il servait un verre de thé à la jeune mage et un autre café pour lui-même, il commença les présentations.

« Kalista, laisse-moi te présenter Amélia Collins, une des mages de Boréalis, ainsi qu’une de mes amies. J’ignorais qu’elle allait venir aujourd’hui, c’est un magnifique hasard. Amélia, voici Kalista Vengerberg, une nouvelle arrivante. Je t’en ai parlé dans le message que je t’ai laissé, je suppose que tu l’as écouté pour être venue aussi rapidement. »

Après avoir servi le thé, il décida de s’installer à nouveau à côté d’Amélia et posa ses mains sur ses genoux. Il était heureux de voir enfin un début d’issue à cette histoire : Kalista allait enfin pouvoir mettre un nom à ses talents et ainsi les appréhender d’une nouvelle manière. Elle pourra aussi faire un choix en toute connaissance de cause : rester ? Partir ? Il espérait réellement la garder dans son entourage, elle était attachante, intelligente, elle serait un véritable atout pour Boréalis ainsi qu’une excellente amie.

« Je suppose donc que tu es prête à lever le voile sur le grand mystère que notre chère Kalista représente ? Est-ce que tu es prête au moins, Kalista ? »

Erwan se montrait attentif car Kalista pouvait paniquer, décider à la dernière seconde qu’elle ne voulait pas savoir. C’était possible, il avait déjà vu certaines personnes renier cette part d’eux-même. Mais il croisait les doigts pour que tout se passe bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kalista Vengerberg
⚜ Fearless like Apocalypse ⚜



⚜ Date d'inscription : 17/12/2016
⚜ Messages : 35
⚜ Race/Espèce : La guerre (Cavalier de l'apocalyspe)






MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  Dim 22 Jan - 19:07


C'est vrai que Kali n'avait pas encore intégré toutes les règles étranges de cette ville. D'ailleurs, est-ce qu'on appelait ça des règles ? Ce sont plus des spécificitées. Donc le fait de quitter la ville et de tout oublier ce n'est pas une règle en soit, juste un aspect étrange de cet endroit bizarre. Alors, effectivement, elle ne voit pas vraiment comme des incidents à l'hôtel pourrait mettre la réputation à mal de cet endroit. Mine de rien, les gens de la ville pourraient faire courir des rumeurs, non ? Finalement, mieux vaut ne rien demander et laisser tomber. Du moment que les gens partent indemne et qu'ils oublient ensuite tout, tant mieux. Au moins, si quelque chose se passe par sa faute, ceci ne sera même plus un lointain souvenir pour les gens de passage en ville. "D'accord, je comprends mieux ! J'ai encore du mal à me faire à cet endroit. Mais je suppose que je parviendrais à m'y faire dans un petit moment. Et, je te suis vraiment très reconnaissante de m'aider et de me tendre la main comme tu le fais !" Les paroles qu'elle venait de dire était totalement justifier. Son aide lui était précieuse, sans lui, elle serait perdue, peut-être même qu'elle aurait pris la fuite de Boréalis et qu'elle aurait tout oublié.

A sa question suivante, il parla un peu de lui et de son pouvoir. Elle commençait à comprendre. Le pauvre a beaucoup de responsabilité sur les épaules, s'il flanche, c'est la ville entière qui aurait le droit à un remake de l'Arche de Noé... sans arche bien sûr ! C'est tout de même rassurant de voir qu'elle n'est pas là seule à être dangereuse. Lui peut déclencher une tête version "2012" et elle peut semer le chaos en version "Rambo". Finalement, à chacun son truc, non ! A présent, elle sait que même si elle parvient à se contrôler, il peut arriver qu'un jour où l'autre pour une raison diverse, elle puisse perdre le contrôle. Mais ceci est humain, on ne peut pas toujours être en forme et une mauvaise nouvelle peut très vite arriver. "J'imagine que même si on est des créatures étranges tout droit sorties de livre de conte, on n'en reste pas moins humain et qu'on a le droit de faiblir !" Ceci ne veut pas dire qu'elle a l'intention de se laisser aller. Cela indique juste qu'ils sont toujours humains et pas de véritables monstres horribles.

Grâce à Erwan, elle était plus motivée que jamais, elle avait réussi à retrouver un peu de moral. Elle peut s'en sortir, elle peut réussir à retrouver une vie normale. Ceci prendra du temps, certes, mais ce n'est pas mission impossible. Si son nouvel ami y est parvenu, pourquoi pas elle. Le chemin sera long et tortueux, ça c'est certain. Mais Rome ne c'est pas construite en un jour, n'est-ce pas !

La jeune femme demanda par la suite s'il pouvait lui faire quelques courses. Ceci l'embêtait de lui demander, mais elle ne se sentait vraiment pas de le faire elle-même. Sincèrement, créer une autre bagarre générale ne la tente pas du tout. En tout cas, elle garde l'idée en tête, qu'un jour, elle pourra enfin aller elle-même s'acheter du pain et ne plus demander à quelqu'un d'autre d'aller lui trouver une boite de tampon. Non, parce que c'est franchement la loose de demander à un homme de lui trouver ça entre une boite de conserve et un paquet de céréale. En attendant, il lui proposa un repas, c'était sympathique de sa part, elle a envie d'accepter, du moment qu'elle mange ici et que personne mis à part lui ne se trouve dans le coin. Ainsi, elle évitera de créer une boucherie. Son regard se porta vers le plafond après son commentaire sur les clients. C'est une bonne nouvelle s'ils ne se sont pas entre-tuer. Ceci la fit sourire doucement, au moins elle garde le moral. "Je ne suis pas contre un repas chaud qui n'est pas à base de conserve ! Du moment, que tu me laisses manger ici dans ton bureau. Je préfère être sûre de ne croiser personne, juste pas sécurité !" L'idée de manger un repas chaud commençait à lui donner l'eau à la bouche. Avant, elle devait juste le laisser faire ce qu'il avait à faire. Ce n'était pas un problème pour elle d'attendre. Ce n'est pas comme si son emploi du temps était chargé. Être au chaud était réconfortant et ça lui change de cette maudite tente en pleine forêt. "Fait ce que tu as à faire. Est-ce que tu crois que je peux utiliser ton ordinateur en attendant ?" La jeune femme avait bien envie de faire un tour sur internet, ne serait-ce que pour voir les nouvelles du monde extérieur et pourquoi pas, si elle a le temps regarder l'épisode d'une série. Avant qu'il ne puisse lui répondre, quelqu'un frappa à la porte. Ceci la fit tourner la tête en direction de cette-dernière. Et une femme entra. Elle ne l'avait jamais vu, mais il faut dire qu'elle n'a pas encore vraiment vadrouiller en ville pour connaitre les gens. Est-ce une employée ? Ou une amie ? Elle ne va pas tarder à le découvrir. Il se trouvait que la jeune femme était une amie de Erwan, celle à qui il avait demandé de l'aide a son sujet. Pour le moment, elle était confiante et leva son pouce en direction du jeune homme pour lui faire comprendre que tout va bien. A présent, elle allait savoir ce qu'elle est. Elle hocha la tête pour dire qu'elle était prête. Il n'y a qu'en sachant ce qu'elle est qu'elle pourra avancer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]  

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie, c'est pas le paradis ! [feat. Erwan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Même les canards vont au paradis.
» L'innocent paradis ...
» Oakdale, entre paradis et enfer..
» Au paradis en bonbons de Dora!
» « you spin my head right round when you go down » feat. Jordane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the Middle of the Night :: 
Borealis
 :: Zone Résidentielle :: Hôtel Borealis
-
Sauter vers: